Élément minéral indispensable au bon fonctionnement de notre organisme, un excès de sel tout comme une consommation trop faible ont des conséquences néfastes pour l’organisme. En France comme dans de nombreux pays, la consommation de sel est excessive, deux fois plus que la quantité conseillée (5 à 6 g par jour), provoquant à moyen terme des maladies cardiovasculaires.

Effets du sel sur la santé, caractéristiques

Le sel de table que nous consommons et ajoutons dans nos assiettes s’appelle en réalité le chlorure de sodium (Na Cl). Sur les étiquettes des produits alimentaires, on le trouve écrit sous la forme de sodium. Il faut alors multiplier par 2,5 la quantité de sodium indiquée pour avoir l’équivalent en sel.

En France, la consommation de sel avoisine les 10 g par jour alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en recommande seulement 5 g par jour, soit deux fois moins !

Il ne suffit pas de garder la salière éloignée de la table mais de bien lire les étiquettes des produits car 80 % du sel que nous consommons est caché dans les aliments : fromages, plats préparés, potages, charcuteries, biscuits apéritifs, pain et céréales, sans oublier les produits sucrés comme les gâteaux et les pâtisseries.

Bienfaits du sel sur la santé

Le sel est l’élément minéral prépondérant dans le sang et dans les liquides extra-cellulaires du corps. Il a un rôle très important sur le maintien de notre bon état général.

Parmi les bienfaits du sel, on peut noter :

  • la bonne transmission de l’influx dans les tissus nerveux et musculaires ;
  • le maintien de l’équilibre entre les divers liquides de l’organisme ;
  • une bonne hydratation de nos cellules ;
  • le maintien de l’équilibre acido-basique ;
  • l’amélioration de l’appétit : le sel est un exhausteur de goût, c’est-à-dire qu’il augmente la perception du goût d’un aliment, révélant ainsi toutes ses saveurs et donnant envie d’en manger plus !
  • une meilleure récupération pour les sportifs. En effet, la sudation entraîne une perte en eau mais aussi en sel qu’il faut compenser.

Il est vivement conseillé de consommer du sel iodé afin d’éviter les carences en iode (qui peuvent entraîner dans les cas sévères des retards de développement physique et mental chez l’enfant). Par ailleurs, en cas de rhume, les solutions riches en sel marin permettent de déboucher le nez en aidant la dissolution du mucus (sécrétion nasale).

Effets néfastes du sel sur la santé

Un excès de sel au quotidien entraîne de nombreux inconvénients :

  • aggravation des phénomènes de rétention d’eau pour les personnes qui y sont sujettes, avec gonflement des membres (jambes, mollets, etc.) ;
  • augmentation de la tension artérielle pouvant aller jusqu’à l’hypertension artérielle (à partir de 40 ans, environ la moitié de la population souffre d’hypertension artérielle) ;
  • augmentation du risque d’ostéoporose (diminution de la densité osseuse) et de calculs rénaux : ce sont les conclusions de chercheurs de l’université d’Alberta au Canada qui soulignent que lors d’un apport excessif de sel, le corps l’élimine dans les urines simultanément avec le calcium ;
  • dérèglement du microbiote intestinal avec notamment une diminution du taux de lactobacillus, bactérie indispensable à la flore intestinale ;
  • un retard pubertaire chez les adolescents entraînant des troubles de la fertilité et de comportement, d’après une étude américaine menée par une équipe de l’université du Wyoming ;
  • l’augmentation de la teneur en sodium de l’alimentation aggraverait le risque de céphalées chez les patients hypertendus (mais elle réduirait leur fréquence chez les femmes avec un IMC bas.
     

     

    Effets du sel sur la santé, les pathologies associées

    Selon une étude internationale effectuée dans une cinquantaine de pays, l’excès de sel dans notre alimentation serait responsable de 2,3 millions de morts chaque année.

          Les pathologies associées à l’excès de sel au quotidien sont :

    • l’hypertension artérielle : une maladie silencieuse dont les symptômes ne sont pas facilement détectables, sauf si l’on prend sa tension qui normalement doit avoisiner les 12/7. À partir de 14/9, on parle d’hypertension.
    • insuffisance cardiaque : encore appelée défaillance cardiaque car le cœur perd sa force musculaire et n’arrive plus à assurer un débit sanguin suffisant pour assurer les besoins de l’organisme. Les causes de l’insuffisance peuvent être une hypertension artérielle, une maladie des artères coronaires ou un infarctus du myocarde.
    • risques d’infarctus du myocarde accrus chez les personnes qui en souffrent, dus principalement à l’hypertension artérielle.
    • risques d’accident vasculaire cérébral (AVC) souvent consécutifs à une hypertension artérielle.
    • risques de maladies cardiovasculaires qui touchent le cœur mais aussi les vaisseaux. Elles englobent les AVC, infarctus mais aussi les ruptures d’anévrisme (rupture d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie).

Source: https://alimentation.ooreka.fr/astuce/voir/720983/effets-du-sel-sur-la-sante

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

Contrairement aux idées reçues, fumer la chicha augmente le risque de cancers, de bronchites chroniques et de problèmes cardio-vasculaires. La sensation parfumée agréable est trompeuse car les fumeurs n’ont pas idée de la quantité de produits toxiques inhalés et de leurs effets nocifs à long terme.

Qu’est-ce que la chicha ou narguilé ?

La chicha (aussi appelée « narguilé », « narghilé » ou « hooka ») est une pipe à eau de taille variée, destinée principalement à fumer du tabac ou de l’essence de fruits. Elle est populaire dans diverses régions du monde. Selon l’OMS, elle serait fumée quotidiennement par plus de 100 millions de personnes, principalement chez les plus jeunes (15-20 ans) qui la fument aussi lors d’occasions spéciales. En France son usage est en progression. Selon le dernier bilan de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) pour l’année 2018, les achats de tabac à chicha ont augmenté de 30 %. Elle se compose en général de 28% de tabac, associé à 70% de mélasse (liquide sirupeux contenant 50% de sucre) et des arômes de fruits (fraise, pomme, noix de coco…) qui lui donnent ce côté acidulé et parfumé qui trompe les fumeurs.

Quelle différence avec la fumée de cigarette ?

Une cinquantaine de bouffées de chicha sur une durée moyenne d’une heure, sont équivalentes à deux paquets de cigarettes. Le monoxyde de carbone présent dans la fumée de la chicha est en quantité 7 fois supérieure à celui présent dans la fumée d’une cigarette. La fumée d’une chicha contient autant de pollution au monoxyde de carbone (CO) qu’environ 15 à 52 cigarettes et autant de goudron que 27 à 102 cigarettes. Sa teneur en chrome, cobalt, plomb et nickel est plus élevée que celle de la fumée de cigarette. De plus, un millilitre de fumée de narguilé contient plus d’un million de microparticules.

Quels effets et dangers sur la santé ?

« Croire que fumer la chicha est plus sain que fumer des cigarettes est une erreur. Au contraire, la fumée de la chicha est particulièrement toxique, y compris pour les fumeurs passifs » explique le Dr Claire Lewandowski, médecin spécialiste en médecine générale. « Comme toutes les fumées de substances organiques qui brûlent, celles de la chicha libèrent lors de la combustion près de 4000 substances chimiques«  indique l’Institut national du cancer. On y trouve ; des métaux qui proviennent du tabac, du charbon ou encore de la feuille d’aluminium. Les risques sur la santé sont les mêmes que pour la consommation régulière de tabac, à savoir une augmentation des risques de cancers (en particulier du poumon, des lèvres, de la vessie et des voies aéro-digestives supérieures), de bronchites chroniques, et de problèmes cardiovasculaires. D’autre part, le narguilé expose le fumeur à des risques de contagion microbienne, comme par exemple la tuberculose, car ils utilisent le même embout que les autres fumeurs.

Source: https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2500050-fumer-la-chicha-narguile-quels-dangers-sur-la-sante/

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

Evidemment, ces bouillons carrés de légumes ou d’animaux sont issus d’un processus industriel recherché et contiennent de nombreux ingrédients, parfois aberrants, comme une énorme quantité de sel ou du glutamate monosodique (additif alimentaire exhausteur de goût composé de féculent et de sucre, favorisant l’obésité). D’ailleurs, la plupart de ces petits cubes contiennent plus de 15 ingrédients différents, et pas des plus sains : aromes artificiels, produits synthétiques, additifs alimentaires etc. ! De quoi faire sourciller, d’autant plus dans une ère où les scandales alimentaires nous poussent à faire davantage attention à ce que nous donnons à notre organisme au quotidien. Pourtant, aucune étude détaillée n’a été publiée dans ce domaine, aucun contrôle réel n’est effectué… d’aucuns l’expliquent par la pression des industries ou par la complicité de certains Etats… Quoi qu’il en soit, ces cubes sont des « bombes industrielles » qui détériorent notre santé petit à petit.

Voici quelques uns des ingrédients clés de ces cubes qui, nous l’espérons, vous feront réfléchir à 2 fois avant d’en consommer à nouveau :

  • Du sel en cube
    Il est difficile de connaître la quantité de sel de chaque cube, car cette information n’apparaît pas sur les emballages ni sur les compositions de ces produits (aberrant dans une société où le sel est quasiment prohibé et où les industries sont sensées respecter une certaine transparence). Pourtant, sur des fiches recettes destinées aux professionnels, des curieux ont pu trouver pour plusieurs marques « 67,8 g de sel pour 100 g de cube », soit 5,4 g de sel pour 8 g de cubes (équivalent des 2 cubes quotidiens). Or, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) conseille fortement de ne pas dépasser les 5 g de sel par jour, l’excès de sel étant le principal facteur des maladies cardio-vasculaires, d’hypertension, d’AVC (accidents vasculaires cérébraux) et même de certains cancers. « Alors, si en plus d’une petite soupe agrémentée avec des cubes Maggi, vous vous enfilez des tranches de pain blanc riches en sel, bon courage pour la suite ! ».

 

  • De l’huile de palme et des « allergènes majeurs »
    Parmi les ingrédients incongrus de ces petits cubes, se trouvent des « allergènes majeurs », d’après l’industrie de Maggi elle-même. Vous pourrez donc trouver de l’œuf, du blé, du soja, du lait, de la moutarde et du gluten dans ces petits cubes « maggi-ques » !
    On trouve également la fameuse huile de palme, non pas tant dangereuse que cela à la santé, mais extrêmement nocive à l’environnement, puisque des centaines d’hectares de forêts sont anéantis pour créer des palmeraies et que des quantités astronomiques d’eau sont absorbées par ces palmiers chaque jour…

 

  • Du sirop de glucose
    Ahhh le bon ingrédient industriel que voilà ! Le sirop de glucose est obtenu à partir d’amidon. Or, ce sirop de glucose, très utilisé dans les pâtisseries et autres produits industriels, aurait une action néfaste sur l’organisme, notamment sur la résistance à l’insuline (facteur de risque pour le diabète et de surpoids).

Source: https://environnement-afrique.com/2018/03/20/les-cubes-maggi-kubor-et-autres-un-bon-gout-desastreux-pour-votre-sante/

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

Wilbur Scoville est un scientifique américain spécialisé dans l‘étude de la pipérine et de la capsaïcine, deux molécules présentes dans le poivre et dans les piments responsables de leur goût piquant. Voici donc les avantages de cette plante au niveau de la santé.

Pour son action brûle-graisses

Des chercheurs américains ont découvert que la capsaïcine joue un rôle brûle-graisses intéressant, car elle transforme les cellules adipeuses blanches, responsables du surpoids, en cellules brunes. Son action accélère le métabolisme et nous permet ainsi de limiter les risques d’obésité.

Pas besoin d’avaler une poignée de piments, un complément alimentaire à base de capsaïcine suffit… les scientifiques y travaillent.

Pour ses effets antioxydants

Riche en lutéoline, en manganèse, en vitamine E et en quercétine, des éléments capables de protéger les cellules des radicaux libres, le piment est un excellent allié antioxydant. Il diminue ainsi les risques de maladies cardiovasculaires et de certains cancers, notamment le cancer colorectal et le cancer de la prostate.

Pour ses vitamines et ses minéraux

Le piment est un vrai cocktail de vitamines A, B6, C, E, K, PP ainsi que d’oligoéléments comme le cuivre, le fer, le manganèse, le magnésium et le potassium. Leur action est bénéfique pour la peau, les voies respiratoires, le système immunitaire, le système sanguin, la fatigue, le sommeil, l’appétit, les os, les voies urinaires, les infections ainsi que pour les contractions musculaires et cardiaques.

Pour en profiter sans vous mettre en danger, évitez d’en consommer à fortes doses, car il peut augmenter les risques de cancer de l’estomac, ainsi qu’en cas d’hémorroïdes, de reflux gastro-oesophagien, de syndrome de l’intestin irritable et chez l’enfant de moins de deux ans. Et si vous avez la bouche en feu, privilégiez le lait, le fromage et l’huile d’olive à l’eau.

Source: https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-alimentation/sante-tous-les-bienfaits-du-piment-189443

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :