LES COMPORTEMENTS ET PRATIQUES QUI SAUVENT

 

TOUT D’ABORD, COMMENÇONS PAR DIRE QUE…

Le cancer du sein est un véritable tueur en série. Dès sa naissance, chaque femme a un risque non négligeable d’en être victime dans sa vie. Se protéger devient à cet effet un impératif vital, une condition inaliénable pour quiconque veut vivre assez longtemps pour voir grandir ses petits-enfants et pourquoi pas ses arrière-petits-enfants. Se protéger, oui, mais comment et avec quoi ? Découvrez donc dans cet article les 12 commandements à respecter pour se protéger du cancer du sein. Bonne lecture !

                    1- A la qualité de ton alimentation, tu veilleras.

Les boites de conserve, les nourritures industrielles, les graisses, le sucre, la viande rouge, et le lait de vache augmentent votre risque de développer un cancer du sein. À contrario, une alimentation bio riche en fruits, légumes, et huile d’olive vous en protègera.

                    2- Une activité physique, tu pratiqueras et ton poids-santé, tu maintiendras.

Les œstrogènes (hormones sexuelles de la femme) jouent un rôle important dans la survenue du cancer du sein. Plus leur taux est élevé dans le sang, plus le risque de développer un cancer du sein est grand. Or, lorsqu’une femme se trouve en surpoids ou obèse, son taux d’œstrogènes dans le sang est d’autant plus élevé qu’elle a une importante quantité de graisse au niveau du ventre. Nous vous interpellons donc à pratiquer au moins 30 minutes de sport chaque jour afin de brûler l’excédent de graisse dans votre corps et diminuer de 20% votre risque de cancer. En outre, restez mince autant que possible. Autrement dit, votre poids (en kilogrammes) divisé par le carré de votre taille (en mètre) doit à tout moment être inférieur à 25 Kg/m2. Par ailleurs, évitez de rester assise trop longtemps et limitez les activités sédentaires telles que la télévision, l’ordinateur et le téléphone.

                    3- L’alcool, tu modèreras.

Toutes les boissons alcoolisées contiennent de l’éthanol. Ce dernier, une fois dans l’organisme se métabolise en une seconde substance (acétaldéhyde) qui a le pouvoir d’altérer l’ADN contenu dans les cellules normales du sein, pour les transformer en cellules cancéreuses. À ce jour, on estime qu’un cancer du sein sur cinq est causé par une consommation excessive d’alcool. En effet, au-delà de 2 verres d’alcool par jour, le risque de cancer augmente de 60%. Aussi, celles qui sont sages s’en tiendront au plus à 1 verre, voire ½ verre. Et pour les plus soucieuses, elles effaceront tout simplement l’alcool de la liste de leurs boissons habituelles.

                    4- Le tabac, tu arrêteras.

Arrêter de fumer implique aussi de ne pas rester à proximité des personnes qui fument, car respirer la fumée de cigarette est aussi dangereux que de fumer soi-même. Le tabagisme augmente de 40% le risque de développer un cancer du sein, en particulier si l’exposition a été longue avant une première grossesse. Donc, vous devez impérativement arrêter de fumer, sinon vous y laisserez peut-être votre sein, voire votre vie.

                    5- Le traitement hormonal de la ménopause, au maximum tu éviteras.

C’est vrai que la ménopause est une période assez complexe à vivre pour beaucoup de femmes. Entre bouffées de chaleur, trouble de l’humeur, risque augmenté de maladies cardiovasculaires et d’ostéoporose (fragilisation des os par déminéralisation de ces derniers), faut-il y ajouter aussi celui du cancer du sein ? Nous disons, non ! Evitez donc autant que faire se peut ces traitements hormonaux visant dit-on à adoucir la ménopause, car ils augmentent également de manière importante votre risque de développer un cancer du sein. Vous êtes prévenues.

                    6- A la pilule contraceptive, attention tu feras.

Faites attention aux pilules contraceptives ! S’ils vous mettent à l’abri des grossesses non désirées, ils vous exposent cependant au cancer du sein. Ne soyez pas de celles qui en consomment comme des petits bonbons, vous pourriez être amenées à le regretter plus tard. Pensez à votre sein et aux cancers du sein.

                    7- Aux perturbateurs hormonaux et pesticides, attention tu feras.

Phtalates, benzoapyère, cadmium, bisphénol A, pesticides, la liste n’est pas exhaustive. Ces substances contenues dans de nombreux produits plastiques, phytosanitaires et cosmétiques perturbent l’équilibre hormonal des individus par des mécanismes encore peu élucidés à ce jour. Toujours est-il qu’il faut y faire attention, nous devons rester vigilants, car ils sont fortement suspectés de jouer un rôle non négligeable dans l’apparition du cancer du sein. Les tenir bien à distance est plus sûr pour la santé.

                    8- Le travail nocturne, tu éviteras.

Les horaires nocturnes de travail, quand on est une femme, peuvent constituer un risque majeur pour la santé. Il a été scientifiquement démontré que travailler la nuit, pendant au moins 3 heures, entre minuit en 5 heures du matin pouvait augmenter jusqu’à 60% le risque de développer un cancer du sein. Ce risque est majoré si cette pratique dure déjà depuis au moins 5 années. Aussi, si vous avez peur du cancer du sein, évitez autant que faire se peut les horaires nocturnes de travail.

                    9- Une grossesse avant 26 ans, tu porteras.

La maternité diminue les risques de cancer du sein, et l’âge à la première grossesse est une donnée importante dans cette équation. Plus la future maman est âgée, plus les risques sont majorés. Après 26 ans, le risque de cancer du sein triple pour la femme qui n’a pas encore accouché par rapport à une jeune femme de 20 ans. Aussi, mesdames, portez des grossesses !

                    10- Des quartiers industriels, tu déménageras.

L’activité industrielle déverse dans l’air des quartiers environnants des polluants organiques persistants tels que les particules fines. Et une fois respirés, ces polluants se fixent dans la graisse du corps et ne peuvent plus être éliminés par l’organisme. C’est alors qu’ils y déclenchent une cascade complexe d’évènements qui se soldent par l’apparition du cancer du sein chez les femmes résidant dans ces quartiers. Il est plus difficile de lutter contre ces firmes industrielles que de déménager du quartier. Alors, déménagez si vous le pouvez, pour préserver votre santé.

                    11- Pendant au moins 06 mois, ton bébé, tu allaiteras.

C’est vrai que la décision d’allaiter ou pas son enfant est strictement personnelle, mais vous devez tout de même savoir que cette pratique permet de réduire de façon importante les risques de cancer du sein à la fois avant et après la ménopause. Cette protection est d’autant plus efficace que l’allaitement est de longue durée. Nous vous recommandons à cet effet, d’allaiter votre bébé pendant une durée minimale de 06 mois. En effet, la naissance d’un bébé est doublement un bonheur parce qu’en plus de faire de vous une maman, elle vous protège du cancer du sein.

                    12- Ton dépistage tous les 02 ans, tu feras.

L’objectif du dépistage est de détecter le cancer à un stade précoce, ce qui maximise les chances de guérison et de survie. C’est en conséquence une arme essentielle pour lutter contre le cancer du sein. L’examen de dépistage consiste en une mammographie (radio des seins) et un examen clinique (palpation des seins). Il est dès lors recommandé de faire une mammographie tous les 2 ans et dès l’âge de 50 ans pour les femmes qui ne présentent aucun symptôme. Cet intervalle de 2 ans s’explique par le fait qu’une exposition répétée à la mammographie peut également entrainer l’apparition d’un cancer du sein dit « radio-induit ». Donc, il ne faut pas en abuser. En plus d’observer et de palper régulièrement vos seins, il est également recommandé de les faire examiner au moins une fois par an par un médecin.

 

 

EN DÉFINITIVE, CE QU’IL FAUT RETENIR C’EST QUE…

Les 12 comportements et pratiques développés dans cet article vous assurent une protection certaine contre le cancer du sein. Ils ne sont toutefois pas une garantie absolue que vous n’aurez pas un cancer, car il existe des risques face auxquels l’être humain demeure impuissant, notamment l’hérédité. Pourquoi donc les mettre en pratique s’ils n’ont pas une efficacité de 100% ? Seriez-vous tentées de demander. Tout simplement, parce qu’ils diminuent de manière significative votre risque, et vous créent en quelque sorte un abri face au cancer du sein. N’oublions pas que les cancers du sein touchent près de 2 millions de femmes à travers le monde chaque année, et en tue environ 650 000. Voulez-vous en faire partie ?

 

Écrit par : Ulrich Igor Mbessoh, MD, MPH

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *