illustration

DOCTEUR, QUEL EST MON PRONOSTIC ?

 

TOUT D’ABORD, COMMENÇONS PAR DIRE QUE…

Un cancer du sein non traité conduit inéluctablement à une seule destination : la mort ! Très souvent, les personnes qui viennent d’apprendre qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein sont moins préoccupées à l’immédiat par les causes de la maladie, les raisons pour lesquelles elles en sont arrivées là que par le sort qui leur sera désormais réservé par la suite. Docteur, qu’est-ce qui va m’arriver maintenant ? Docteur, est-ce que je vais mourir ? Docteur, est-ce que j’ai des chances de guérir ? Ce sont des questions quasi réflexes des patientes, très embarrassantes pour les médecins que nous sommes, et auxquelles on n’est pas toujours à l’aise de répondre. A cet effet, dans cet article nous vous dévoilons les évènements auxquels vous devez vous attendre si jamais on vous diagnostique aujourd’hui un cancer du sein. Bonne lecture.

                               1- Vous pourrez être amené à perdre votre sein

Le sein pour une femme, au-delà d’être une marque de sa féminité, représente davantage une composante fondamentale de sa beauté naturelle et un argument redoutable de son pouvoir de séduction. Or, trois femmes sur quatre chez qui on diagnostique un cancer du sein seront amenées à subir dans le cours de leur traitement une amputation complète et radicale de ce sein. Perdre ce sein est donc vécu comme un double choc : physique, du fait de la mutilation du corps que cela engendre, et psychologique du fait de la détérioration de l’image du corps, de l’estime de soi et de la conviction de se sentir belle. Certes c’est triste, mais c’est parfois le prix à payer pour guérir.

                               2- Le cancer peut malgré tout réapparaître après le traitement : C’est la récidive

Si après traitement le médecin vous annonce que vos examens montrent qu’il n’y a plus aucune trace de cancer du sein chez vous, ne criez pas victoire trop tôt car cela ne signifie pas que vous êtes guéries mais juste que votre cancer est en phase de rémission. En effet, le risque que le cancer réapparaisse existe toujours. Sur 20 femmes traitées du cancer du sein, une rechutera au bout de 5 ans, deux au bout de 10 ans, et quatre au bout de 15 ans. C’est la raison pour laquelle la guérison n’est habituellement prononcée qu’après au moins15 ans sans récidive du cancer. Il n’est donc pas a priori exclu que votre cancer du sein réapparaisse. Aussi, n’allez pas trop vite en besogne et ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

                               3- L’autre sein peut être attaqué par le cancer

Docteur d’abord le sein gauche et maintenant le sein droit ? Est-ce que c’est possible ? Est-ce le même cancer qui se balade entre mes seins ? Oui c’est possible et non, ce n’est pas nécessairement le même cancer qui se balade entre vos seins. C’est tout simplement que les femmes qui développent un cancer sur un sein avant l’âge de la ménopause et pire encore avant l’âge de 40 ans ont cinq fois plus de risque de voir le cancer se développer également sur l’autre sein. Il en est de même de celles chez qui certains membres de la famille, notamment la mère et/ou les tantes souffrent ou ont eu à souffrir de cette maladie. Ajoutons aussi que, les femmes obèses ou en surpoids ont également deux fois plus de risque d’avoir le cancer sur leurs deux seins que celles qui ont un poids normal. Ce n’est donc pas une question de balade, mais simplement une question de risque.

                               4- Le cancer peut s’étendre dans d’autres organes : c’est la métastase

En plus d’avoir le pouvoir de se multiplier sans frein et dans l’anarchie la plus totale, la cellule cancéreuse du sein se démarque de la cellule normale par sa capacité migratoire. C’est une grande voyageuse ! Elle peut quitter le sein pour aller s’implanter dans les poumons, le cerveau, les os et le foie. Et une fois implantée, elle commence à se multiplier frénétiquement et crée dans ces organes des foyers de tumeur: C’est la métastase. Sur 10 femmes atteintes de cancer du sein, au moins 3 auront des métastases au bout de 5 ans de maladie. Malheureusement, la métastase n’est jamais une bonne nouvelle quand on a un cancer.

                               5- Vous pouvez décéder

Malheureusement, c’est une réalité. Le cancer du sein tue. Sur 10 femmes chez qui on diagnostique un cancer du sein aujourd’hui, au moins 03 d’entre elles décèderont au cours des cinq prochaines années, et au moins la moitié au cours des 10 prochaines années. Ces décès sont le plus souvent liés aux complications de la maladie, notamment les rechutes et les métastases qui entrainent à leur tour des défaillances de plusieurs organes. C’est donc un véritable cercle vicieux qui se crée autour du malade avec une seule finalité : lui ôter la vie.

                               6- Vous pouvez aussi Guérir

« On ne guérit pas du cancer » : C’est le plus grand mensonge populaire contre lequel les spécialistes de la médecine et de la santé publique se battent au quotidien. En effet, il est impératif que la vérité soit rétablie : « on guérit bel et bien du cancer ». Le cancer du sein peut être guéri dans 8 cas sur 10 s’il est diagnostiqué suffisamment tôt. Aussi, votre meilleure assurance de guérir complètement du cancer du sein est de vous faire dépister à temps.

 

 

 

 

EN DÉFINITIVE, CE QU’IL FAUT RETENIR C’EST QUE…

Le cancer du sein est une maladie grave. Une fois diagnostiqué, le pronostic est émaillé de plusieurs issues possibles entre la guérison et le décès. Et parce que personne ne veut ni souffrir ni mourir, il est dès lors primordial de comprendre et accepter que la meilleure assurance-vie en la matière réside dans le dépistage et le diagnostic précoce de la maladie au moment où elle n’est pas encore sensiblement perceptible. Nous conseillons ce dépistage systématique dès l’âge de 25 ans et ce, idéalement tous les 02 ans.

 

Écrit par : Ulrich Igor Mbessoh, MD, MPH

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

 

Écrit par : Ulrich Igor Mbessoh, MD, MPH

Pour avoir toujours plus d’informations intéressantes sur la santé et les maladies, abonnez-vous à nos plateformes en ligne et suivez-nous régulièrement sur :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *